Rouge Tonic

by Rouge Tonic

supported by
Maison Planàterre
Maison Planàterre thumbnail
Maison Planàterre J'aime trop cet album pour passer sous silence sa présence sur ma page bandcamp. Sur le Titre "Vancouver", à certains moments, j'ai eu l'impression d'entendre des suites sonores modernisées et francisées des Eurythmics. Quant cette voix s'emporte sur ces musiques pop rock synthétisées, l'ambiance créée y est toute proche. Merci à l'Oblique (disquaire indépendant du Plateau Mont-Royal) pour m'avoir permis de découvrir la musique de ce groupe:
www.facebook.com/Boutiqueloblique/. Favorite track: Vancouver.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      $6 CAD  or more

     

1.
04:40
2.
3.
04:31
4.
05:08
5.
05:01

credits

released March 11, 2016

Musiques: Rouge Tonic
Guitares: Jeffrey Moseley
Back Vocals: Barbara Finck-Beccafico
Flûtes: Olivier Beauchemin
Mix: Nick Schofield

Photos: Gyslain Gaudet
Graphisme: Frédéric Aumont-Lemire
Impression et pressage: maximephilippe.com

tags

license

all rights reserved

about

Rouge Tonic Montreal, Québec

Nouveau projet d'ici la fin de 2017.
*
Une troisième guerre mondiale
se destine.

contact / help

Contact Rouge Tonic

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Eldorado
Un rave qui tourne au cauchemar
Au premier métro, un lève-tôt, un Couche-Tard
À la station centrale, on s’en va d’ici
Destination New York ou encore BC
Dans ma ville aliénée, dans ma ville servile
Une croix sur un passé qui est déjà oublié
Électrocutée, elle n’est que trop occupée
Quand les comptes immondes m’inondent

Eldorado, le monde entier dans mon sac à dos
Eldorado, pas de quartier pour les rescapés
Aux pluies torrentielles et au plein soleil

Demain matin tout recommence
Et pour l’instant, c’est la nuit intense
Les batteries se rechargent
Comme les problèmes sans piles
S’empilent, où ?
Face aux discothèques
Et à chaque soir, c’est la même histoire
À 8 heures et demie sur Saint-Denis
On téléphone et on attend les amis
Un thé ou un verre pour les réactionnaires

Eldorado, le monde entier dans mon sac à dos
Eldorado, pas de quartier pour les rescapés
Aux pluies torrentielles et au plein soleil

Et les couples se brisent comme les jeunes se grisent
Et les gens se tannent comme les fleurs se fanent
Cet été, je déménage dans un nouveau quartier
À ménager mes méninges pour m’occuper

Eldorado, le monde entier dans mon sac à dos
Eldorado, pas de quartier pour les rescapés
Aux pluies torrentielles et au plein soleil
Track Name: Nuits blanches
Tes nuits sont blanches et tes idées noires
Paraît que tu flanches à chaque soir
Blanche comme la neige sur Sainte-Cath
Un jour de slush, un jour de rush
Blanche comme la neige sur Sainte-Cath
Un jour où tu pètes ta coche

Est-ce que t’en sors ou tu t’enfonces ?
Est-ce que tu dors ou tu te défonces ?
On se trouve à se perdre encore
On se trouve à se perdre encore

Tu minimises tout au maximum
Dans ta souffrance, dans ton silence
Tu t’en tiens à ce que tu maintiens
Tu attends qu’on te tende la main
On sait aussi que tu t’empêtres
Des soucis qui s’enchevêtrent

Est-ce que t’en sors ou tu t’enfonces ?
Est-ce que tu dors ou tu te défonces ?
On se trouve à se perdre encore
On se trouve à se perdre encore

Lumineux dans la nuit
Autrefois tu chantais
Que cette lueur ne s’estompe jamais
Que cette douleur ne paraisse jamais
À deux pas de l’abîme
Autrefois tu dansais
Que cette musique ne s’arrête jamais
Et que le soleil ne se lève jamais

Tu te sens pluvieux, car le temps est gris
Et ça ira mieux, ça ira mieux
Tu te sens plus vieux, car le temps aigrit
Et ça ira mieux, ça ira mieux
Track Name: Hong Kong
Les bateaux voguent sous le smog sur l’axe
C’est l’ère du trafic des voitures et des stupéfiants
Je vois les gratte-ciels, je pense à des missiles
Qui pointent vers les cieux et vers le firmament
C’est qu’ils sont des millions au temple de la consommation
Spectacle du haut de nos balcons
Vitrine d’Asie devenue l’asile
Aux milliers de néons émanant du néant

À Hong Kong, les nuits sont longues
Et les plans se dessinent à l’encre de Chine
Arthur, Manon, Geoffroy et Léa
Toujours là pour la vie et tous ses aléas

Le sofa se déplie, il devient un divan-lit
Il y a des amis, qui arrivent aujourd’hui
Tout le monde sait où c’est, les portes sont débarrées
La table en cendrier, l’évier en insectarium
À droite reposent quatre bouteilles de rhum
Des objets inutiles volés dans la ville
D’ici et là, d’où on ne revient pas
D’ici et là, d’où on ne revient pas

À Hong Kong, les nuits sont longues
Et les plans se dessinent à l’encre de Chine
Arthur, Manon, Geoffroy et Léa
Toujours là pour la vie et tous ses aléas

Au plancher fait de mines interpersonnelles
Pour avancer un peu, faut passer par-dessus
Il y en a une qui lit du Henry Miller
Et l’autre à côté qui lui demande l’heure
Demain peut-être nous irons sur l’île
Ce soir peut-être nous irons dans la ville
Mais on ne dit pas ce qu’on fait, on ne fait pas ce qu’on dit
L’enfer est complet, voici le paradis

À Hong Kong, les nuits sont longues
Et les plans se dessinent à l’encre de Chine
Arthur, Manon, Geoffroy et Léa
Toujours là pour la vie et tous ses aléas
Track Name: Morphée
Et je supplie Morphée de me prendre dans ses bras
Mais tu es là et toi et moi, on est dans de beaux draps
Quand la vie n’est faite que de parenthèses
Il devient difficile de faire le point
Il propose du temps, elle offre un sablier
Ils ont perdu la flamme, allume donc une chandelle
De prétextes en prétextes, foutaises, malaises
On se lasse, on se laisse, on se blase, on se blesse

À l’avenir, essaie de ne pas trop souffrir
Sur la route, je crois que tu n’étais qu’une escale
Pense à te munir d’une veste pare-balle
Pour que plus jamais ton cœur ne redoute le pire

Aujourd’hui les mots, ne peuvent suffire
Aujourd’hui les mots, ne veulent plus rien dire
En somme, nous nous sommes cueillis un soir d’automne
Emportés par le désir alors qu’il était envie
Et maintenant que tu pleures, car tu crois que personne
Ne daignera s’enquérir, ne daignera s’enquérir
De tes honneurs, de tes erreurs, de tes horreurs

À l’avenir, essaie de ne pas trop souffrir
Sur la route, je crois que tu n’étais qu’une escale
Pense à te munir d’une veste pare-balle
Pour que plus jamais ton cœur ne redoute le pire
Track Name: Vancouver
Elle vantait les vertus des psychotropes
Parlait de liberté en fumant des clopes
Il venait de vendre, ouais, son laptop
Rêvant de partir bientôt en Europe
Elle lisait un journal, ouais, contre-culture
En roulant ses dreadlocks avec désinvolture
Elle terminait ses études en architecture
En dansant toutes les nuits sur les toitures
J'ai voulu te rejoindre, j'ai voulu te parler
Mais comment, mais comment, je n'ai pu deviner
Résolu à te peindre et à te dessiner
Tu étais une de celles qui n'avaient pas de cell

Une autre fissure aux plaques tectoniques de mon coeur
Une blessure, un murmure, dans l'océan des leurres

Il aimait lire les textes de Bob Dylan
Cherchait l'inspiration qui se trouvait en panne
L'altérité l'attire pour devenir ce souvenir
Qu'on enterre au cimetière des désirs
Le caractère surréel de ces montagnes
Qui coupent le ciel dessinées au scalpel
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se composte
À Vancouver, moi j'envoie
Moi j'envoie ces neuf lettres à la poste
Se quitter sans savoir et se dire au revoir
Ou passer aux aveux et se dire adieu
On vit dans la terreur de refaire nos erreurs
Comme la vie est cruelle pour ceux qui manquent le train

Une autre fissure aux plaques tectoniques de mon coeur
Une blessure, un murmure, dans l'océan des leurres